YAMA SAKURA
Bonsaï Club Fribourg



 

 

 

 

 

  LE BOIS MORT
Fiche technique n° 9

Résumé

Retour à l'index des thèmes traités ou à la liste des fiches techniques


Retour à la page d'accueil

 

 

 


Conseils généraux à propos du bois mort

  • Ne pas creuser trop profond.
  • Prendre garde que l'eau puisse s'écouler.
  • Sur les feuillus vigoureux, il faut parfois retailler la plaie.
  • Avant de tailler, il est préférable de marquer les parties à enlever (au besoin, à l'aide d'un croquis).
  • Il s'agit d'un travail patient qu'il vaut mieux reprendre a plusieurs fois.

top

Origine des techniques du bois mort

Dans la nature, le bois mort est une chose courante, surtout chez des arbres ayant des conditions extrêmes.
En montagne, la neige, la foudre et les chutes de pierres abîment souvent les arbres!

Dans une moindre mesure, les arbres poussant en forêt dense voient leurs branches basses dépérir. Le gel et le soleil intense peuvent aussi provoquer des dégâts similaires. Les insectes xylophages et les champignons peuvent aussi être responsables de cet état. Dans les deux derniers cas, les arbres sont condamnes.

Citons encore l'effet du vent sur deux branches qui se frottent et à la longue s'écorcent naturellement.

top

Bois mort et bonsaïs

Dans le bonzaï chinois, l'aspect du bois mort est peu important. Les cultivateurs de bonzaï ne recherchent pas spécialement cet aspect.

Par opposition, les Japonais ont très vite codifié différents aspects de bois mort par le sari, l’ouro, le jin, la sabamiki, le sharimiki :

  • le shari : c'est une bande d'écorce vivante qui nourrit les parties encore vertes de l'arbre.  Elle donne le style Saramiki (voir la fiche "Shari").
  • l'ouro : il se rencontre sur des arbres ayant perdu une branche maîtresse sous les effets du vent ou de la neige. A la place de la branche, il se forme une cavité qui sert souvent de refuge aux oiseaux.
  • le jin : c'est le squelette d'une branche morte, parfois c'est le sommet de l’arbre tout entier. Les responsables sont le gel, le vent et parfois la foudre.
  • la sabamiki : c'est un style qui regroupe tous les accidents cités précédemment. C'est toujours un arbre de très grand âge, presque toujours un conifère (illustration).
  • le sharimiki : dans ce style, le tronc est écorcé à la façon d'un arbre mort (illustration).

top

Technique du bois mort

Pour obtenir ces différentes formes, il faut recourir à des moyens artificiels. Bien qu'il existe toute une série d'outils japonais, quelques gouges de sculpteur et des éclats de verre peuvent convenir parfaitement.

Pour le traitement du bois, outre les produits japonais, nous pouvons employer une bouillie 50% chaux 50% soufre, l'eau oxygénée (80%) et l'ammoniaque (20%). Attention : ces mélanges sont très corrosifs pour la peau.

Beaucoup plus simple et moins toxique : l'eau de Javel à 5%. Le bois devient moins blanc. Un traitement fongique est souvent nécessaire. Ces traitements se font lors de journées ensoleillées aux heures les plus chaudes. Il faut impérativement éviter de toucher les parties vivantes du bois. Ne pas renverser du produit dans la terre.

Dernier conseil : il est prudent de s'entraîner d'abord sur des morceaux de bois ou des branches pouvant être jetées sans regret.

top

 

Copyright: Marcel Grangier pour le Yama Sakura Bonsaï Club Association, Fribourg (Suisse)