YAMA SAKURA
Bonsaļ Club Fribourg



 

 

 

 

 

  LE SHARI
Fiche technique n° 27

Résumé

 

 

Retour à l'index des thèmes traités ou à la liste des fiches techniques


Retour à la page d'accueil

 

 

 


Définition du shari

A l'origine, le shari est une mince bande d'écorce qu’on lais-se sur le tronc de l'arbre pour nourrir les branches. Ce style se rencontre souvent à l'état naturel dans des endroits où les arbres souffrent : zones d'éboulis, de gros gels, de bise persistante.

Avec le temps, les endroits où l'écorce est morte s'exfolient. Le bois. nu apparaît, d'abord brun-noir, puis jaunâtre, ensuite blanc. Enfin, sous l'effet du soleil et de la pluie, il devient argent. Plus le bois est dur, plus il deviendra beau.

top

Choix de l'arbre pour la méthode du shari

C'est la raison pour laquelle, dès que l'on veut reproduire le phénomène, il est important de choisir un arbre résineux : pin, sapin, genévrier.

Les feuillus sont à déconseiller à l'exception peut-être des chênes et des hêtres

Dès que l'on veut entreprendre un shari, un problème se pose : l'arbre est trop petit, les branches trop espacées. La partie écorcée sera insignifiante.

Heureusement, il existe beaucoup de racines donnant l'impression d'un arbre mort, il suffit de chercher dans les ruisseaux des bords de glaciers, de coulées d'avalanches.

top

Technique du shari

Partant des conditions ci-dessus, il existe une solution : greffer l'un sur l'autre. La jeunesse d'un feuillage sur la beauté d'un vieux tronc donne un image très valorisante des deux sujets réunis.

Pour réussir cette greffe, il faut commencer par s'occuper de la racine qui deviendra le tronc : nettoyage au papier de verre puis protection du bois. Fixation du bois dans la terrine de façon à pouvoir le ressortir si nécessaire.

Le support recevra ensuite le plant vivant. Après avoir cherché la façon de le poser sur le bois, il faut le "souder" à son support.

En premier, il faut enlever l'écorce sur la portion de tronc qui sera en contact avec le bois mort. Faire cela lentement avec beaucoup de soin. Attention, l'arbre entaillé devient très fragile, le plier avec doigté (illustration).

La soudure doit se faire le plus près possible avec raphia, fil gainé, voire des clous de cuivre ou de petites vis en laiton. Les vis étant difficiles à cacher, se référer au croquis.

Cette technique ayant été inventée par l'auteur, vous ne la trouverez dans aucun livre !

top

Enfin, vous trouverez d'autres informations dans la fiche "Le bois mort".

top

 

Copyright: Marcel Grangier pour le Yama Sakura Bonsaļ Club Association, Fribourg (Suisse)